Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue !

Publié le

La Compagnie Les 3 coups souhaite vous faire partager sa passion pour le spectacle vivant, pour le théâtre. Créée en 1983 par des agents EDF-GDF, elle débute sa 35ème année avec l'espoir de satisfaire un public toujours plus nombreux.

La troupe est constituée d'une quinzaine de personnes de tous âges (régisseuse, costumière, comédiens et metteur en scène). Les comédiens sont mis en scène par Christian HABOUZIT qui, après avoir côtoyé Jacques WEBER, Peter BROOK et suivi le cours Florent, donne sans compter tout son savoir aux comédiens.

Metteur en scène et comédien depuis plus de trente ans, il met à la disposition de tous son dévouement, sa patience et sa générosité. Impliqué depuis sa création dans la troupe Les 3 Coups, après avoir fait un passage au parc Livradois Forez, il fut pendant plus de quatorze ans le Directeur et Programmateur de la saison culturelle de la ville de Cournon d'Auvergne. Il reste aujourd'hui très impliqué dans le monde culturel clermontois notamment en siégeant à la DRAC Auvergne.

La troupe au grand complet en répétition (Juin 2017)

La troupe au grand complet en répétition (Juin 2017)

Ce sont les amateurs, ceux qui aiment, ceux qui répètent des mois et des mois pour jouer une ou deux fois, ceux qui sacrifient leurs loisirs, ceux qui se penchent par plaisir et par passion sur nos textes, nos égos, nos émois, qui nous rappellent que nous sommes non seulement contemporains, mais vivants. Ceux qui, dans l'ombre, loin des médias, des stars, des colloques et des gloses, font circuler nos textes et nos convictions.

Jean-Claude Grumberg

Partager cet article

Repost 0

Le mot du metteur en scène

Publié le

« Et que vive le théâtre ! »

Après « Jurés en colère », pièce ayant reçue un bon écho, la compagnie s’attaque à une adaptation très libre des « Brèves de Comptoir » de Jean-Marie Gourio avec des chansons de Patrice Bourgeon.

Il y a des phrases polies, et politiquement correctes, et puis les voix sans détours, sans artifices, qui viennent du peuple, des bars. Des mots qui résonnent comme des coups de poings dans la gueule, durs, parfois violents, sûrement irritants, mais c’est aussi notre histoire populaire à la campagne comme à la ville.

Le théâtre ne doit-il pas être un témoin de son temps ? Y compris avec ses outrances, ses violences, sa propre vente, elle existe, ne fermons pas les yeux.

Il y a quelques années, on trouvait Coluche grossier, Bedos raciste, qu’en est-il aujourd’hui ?

Lieu de mélange des genres et des personnes, les brèves de comptoir apportent une réponse sûrement partielle de la culture populaire.

C’est aussi très provocant de susciter l’indignation, une façon de se rencontrer, d’en discuter : d’accord, pas d’accord, c’est peut-être plus facile d’y accéder par le biais d’une pièce telle que les brèves.

Bien entendu, on compte sur vous pour cette 34ème pièce, on espère vous faire rire, peut-être simplement vous provoquer, mais nous espérons vous faire vivre un moment d’oubli de cette vie pas toujours facile.

Le théâtre existe comme cela depuis 2500 ans, pour être humblement témoin de son temps.

Christian Habouzit

Partager cet article

Repost 0